La Mume (le blog)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, avril 20 2015

LUSTRER….

Un peu l’appart…
C’est bel et bon pour sûr encore faut-il que le matériel soit prêt à accomplir la tâche !
Je dégainai l’aspirateur, et la sale bête me lâcha en à peine trois minutes.
Il est équipé d’une turbo brosse qui fait des miracles sur les tapis, le dessus de mont lit enfin partout où la féline se repend.
Hors donc en début d’après-midi je pars à l’assaut des « moutons » et puis un sifflement strident vrille mes oreilles.
J’arrête le bazar, l’ausculte dessus dessous, la courroie d’engrenage a rendu l’âme !
Un passage sur internet et me voilà consolée tout de suite très bientôt j’aurai un nouvel outil.
Entre 15h et 17h30 A-R, de chez moi à chez eux pour la modique somme de 19 euros et un ticket de transport j’ai de quoi retourner à l’ouvrage…
Doucement… très doucement quand même !
Déjà que la housse de couette est toute fraiche lavée, le drap et les taies d’oreillers tout pareils.
Demain « notre » cher dentiste s’engloutira entre les gencives et donnera un bilan en EUROS…
Déjà que les verres de lunettes…
Le pommier de la place est tout en fleur, les tulipes du balcon aussi…un air de printemps c’est bien agréable !

jeudi, avril 16 2015

« SOCIALISATION »

En mode « open » depuis deux semaines.
Une thyroïde à nodules dont on a analysé les diverses sécrétions et les volumes.
Des dents au nombre de plus en plus « allégés » qui m’agacent fortement particulièrement les fins de semaines.
Réactivant mes aptitudes d’aide-soignante appliquées à moi-même, je me distribue des soins !
Des gélules rouge et jaune, des rose et bleu, des comprimés blanc à rayures, et le bain de bouche couleur fuchsia.
Hier ce fut la joue droite de ma vieille figure qui agita ma journée.
Plus de onze années que des médicastres soit disant spécialistes de la peau se sont penchés sur mon cas apparemment des plus banals, une séance d’azote liquide et piouf se serait terminé…
3 dermatos plus tard et 10 séances azote en onze ans, la chose est prospère, d’un rouge-rose-violacé, crouteuse et suintante par à coup, étant passée d’une surface « tête » d’épingle à pièce de cinq centimes du bel euro…
Hier donc d’un pas alerte (appuyée lourdement sur le parapluie « mode » canne) je découvris le service « dermato-veinologie » et la chapelle de l’hosto transformée en accueil, c’est grand… c’est moche.
Une madame me reçu, étudia la chose, suggéra une analyse sanguine spécifique et presto fit une biopsie… résultat d’icelle dans deux semaines.
Non non elle n’a pas parlé de cancer, mais d’une saleté aussi plaisante, un lupus !
Pas de quoi paniqué, ni l’un ni l’autre ne sont mortels à brève échéance !!
Et puis le pire n’est pas certain.
Dans deux semaines la suite de ce nouveau feuilleton haletant avec anesthésie, points sutures, antidouleur …
Dans ces aventures je gagnai pour mon carnet d’adresse 2 toubibs et autant d’infirmières.
La bibliothèque de la ville est, elle, belle, j’y cours en sortant du labo !

mardi, avril 7 2015

SAUMUR…

Avec un temps de novembre, ciel bas le matin pluie l’après midi, visite des lieux adaptée…par hasard !
Mercredi le président du conseil de mon ancien quartier me sonne « peux-tu nous héberger ma fille et moi » ?
Je fis une réponse affirmative et transformai une partie de mon séjour en chambre d’appoint le résultat me donna toute satisfaction, comme le reste de cette brève journée touristique.
Voyez vous-même !

saumur1.jpg
Jeudi soir nous étions OK pour la nuit qui serait courte pour cause de rendez-vous en bord de Loire.
La fille déposée à l’école professionnelle où elle candidatait en section bijouterie.
Les anciens partirent à l’assaut du château, en travaux de toiture (mise en sécurité) nous vîmes donc le travail des tailleurs de pierre de tuffeau.

saumur4.jpg
Marche dans quelques rues de la vieille ville et en route vers les sites troglodytes.ces anciennes carrières judicieusement aménagées dès le 11me siècles et jusqu’au 19me.

saumur2.jpg
Le circuit nous fit nous dévisser le cou pour tout voir !
Et puis les « pommes tapées » se révélèrent à nous ! Trempée pendant 36 heures et cuites à tout petit feu dans un liquide de votre choix, je choisis de « cuire » un reste de vin rouge avec toutes sortes d’épices, je goûtai tout à l’heure le résultat… délicieux !
Nous lûmes avec intérêt les descriptions des travaux de ce temps là et la manière de réduire au plus juste les efforts nécessaires.
À midi trente nous étions à table, à quatorze heures la jeune fille retournait à ses travaux et nous en exploration.
Puisqu’il pleuvait nous nous mimes à l’abri au musée « champignons ».

saumur3.jpg
Une jolie ballade souterraine et instructive. Une lumière rasante pour guider nos pas sur le sol en tôle ondulée (une poussière de pierre bien gluante) une vraie rosserie pour mon équilibre de vieille !
Des champignons à tous les âges de leur croissance.
Les lieux de leur pousse à l’état sauvage, leur toxicité, leur couleur chatoyante faisant penser aux coraux.
Demain nous irons aider les petits enfants de mon frère à ramasser les œufs.
Aujourd’hui c’était pigeons-petits-pois-tarte-aux-fruits-café-sieste !
Ah ! J’ai gagné le droit à de nouvelles lunettes !!!

mardi, mars 31 2015

UN PEU DE PRINTEMPS…

Avec des mouvements des uns et des autres.
Des picards qui iraient en Bretagne, non, pas MES picards mais des proches à eux.
De la gaité estivale en Bourgogne ?
Une visite pascale d’évryens de passage avant Saumur.
Frangin musardant dans ma chambre a déclaré « c’est bien comme ça » !
Sur le balcon aussi il y a eu du vidage.
Encore un effort et j’y serai presque !
Quelques plantes à reloger ou jeter, celles de l’intérieur sont de nouveau à l’air libre.
Les hosta dans leurs pots que la féline voulut « enrichir » une bonne claque sur l’arrière train l’en dissuada, prise ne flagrant délit la mignonne !
Ce matin encore embourbée de sommeil j’eus un geste qui effraya Yoni peu habituée a être ainsi éjectée de ma couche, je dus lui faire mille grâces afin qu’elle « excuse » cette vivacité, j’y gagnai d’être sur le pont dès sept heures !
Avec le changement d’heure alourdissant mes paupières toute la matinée je réussis quand même une sortie au machin pour des provisions. Tant qu’a être en état second je fis la folie d’une bouilloire !
Faut se gâter un peu, le plan de travail affiche un encombrement en blanc sur la feuille de silicone noir le couvrant parfaitement.
Le tricot m’attend, une commande et deux cadeaux…pour les jumeaux…3 ans !

dimanche, mars 22 2015

À LA PETITE SEMAINE…

Son lot de découvertes.
Il y eut «Les Bruyères » un resto ouvrier qui accueille fort bien les anciens travailleurs !
Jeudi je rejoignis in situ la troupe du club féminin, nous étions invitées par les messieurs du club de « boules de fort ».

boules1.jpg
C’est un peu comme la pétanque, en salle, sur une surface incurvée comme le fond d’un bateau plat longue de 22,5m sur 8 m, cela donne une impression de bizarre de voir rouler la boule en zigzagant... une étude rapide de la densité, résistance, équilibre, vitesse du truc dans le machin et en chaussette ce fut bien plaisant !

boules2.jpg
boules3.jpg
Honneur et courtoisie, des éclats de rire, des applaudissements pour les « innocentes » aux mains pleines que nous fûmes.
Nous y partageâmes des boissons chaudes, le soleil était de la sortie mais l’accompagnait un vent d’est qui nous fit trotter plus vite que souhaité !
Hier j’eus un geste malheureux dans ma cuisine, je posai la cocotte à sifflet sur le comptoir j’entendis un grand bruit cherchai d’où cela émanait…
Ho ben zut (merde en réalité) , le revêtement du plan de travail à littéralement explosé sur une surface réduite mais quand même, comment réparer le truc ?
Ben il y a goo...le, je sortis presto, allais investir dans de la colle néoprène, et me lançai en travaux de restauration.
Epatée je suis, cela tiendra jusqu'à une autre solution plus pérenne et plus solide dans la duré.
Et mes jacinthes sont bien bleues comme je vous l’avais dit …

jacinthes.jpg
Quatre en jardinière une coupée hier pour le bonheur des narines !

lundi, mars 16 2015

LES PETITES BOITES…

Qui agacent tellement mon frangin !
Sont revenues sous la fenêtre afin que la féline garde la vue sur les balcons du voisinage.

meuble01.jpg
Dès qu’il fera plus doux elles seront passées à la bombe de peinture blanche, tout ça pour une certaine cohérence de mon environnement, j’ai dit !
Au pied du lit des boites… !

meuble02.jpg
Je suis bordélique, je gère au moins mal ce travers…
Donc prochainement sur votre écran mes chères boites seront relookées en blanc brillant option papier adhésif de chez machin.
Et puis une rallonge de commande chez les suédois je suis en panne de tablette… c’est ballot.
Au goûter de ce jour une vraie gourmandise, des œufs en neige…
Il n’y en a plus… même dans mes petites boites.

lundi, mars 9 2015

LO GRELH DEL COUDERC…

Espère que je m’y collerai une deuxième fois !

1. la fumée ça te gêne ?
- Non ! je suis devenue une « passive de la clope »

2. t’aimerais avoir des enfants ?
- merci j’ai ce qu’il me faut depuis 53 et 51 ans, sont beaux mes fils !

3. la couleur de ton slip ou de ta culotte,
- marron

4. t’aimes le bleu c’est temps-ci ?
- tout l’arc en ciel…

5. tu voudrais être où en ce moment ?
- dans ses bras…

6. t’es plutôt fluctua ou mergitur ?
- les deux capitaines !

7. ta fleur préférée ?
- en quelle saison ?

8. Régio 2N ou X73000 ?
- SNCF section TER, ben oui mon fils ainé, tout ça…

9. t’en a pas marre des vidéos de chats sur internet ?
- je prive la mienne de ces images…pas de bourrage de crâne !!!

10. les voisins… ?
- Il en faut !

11. qui y-a –t-il après la fin…
- d’abord du liquide, après de la poussière… et la ronde continue…

Devoir fait !!!

jeudi, mars 5 2015

CHOUETTE …

Un questionnaire !

Merci Samantdi…
11 questions farfelues…c’est parti,

1. Est-ce que tu as mangé des dragées dernièrement et à quelle occasion ?
Ben oui en rangeant-vidant les étagères, elles dataient du baptême de la maman des jumeaux, excellente encore.

2. Est-ce que tu mets des chaussettes en coton, en laine ou transparentes ?
Transparentes (chair ou noir).

3. Quel est le dernier objet fabriqué de tes mains
Sans surprise un tricot pour l’expo vente du mois d’avril… !

4. Si tu devais quitter la France par obligation (coup d’état, persécution…) dans quel pays irais-tu te réfugier ?
Par un juste retour de l’Histoire et de MON histoire…l’Espagne !

5. Est-ce que tu twittes depuis ton téléphone portable ?
NON mon bidule est trop obsolète !

6. Tu te déplaces plutôt en voiture ou en transports en commun, au quotidien ?
En semaine, en fin de semaine, bref tout le temps c’est transports en commun…j’aime l’aventure !

7. Est-ce qu’il y a des jonquilles ou des narcisses chez toi en au moment où tu lis ces lignes ?
Hélas non, mais mes jacinthes seront bleues c’est sûr !

8. Qu’est ce qui se passe si on réveille le chat qui dort ?
Il réclame ses croquettes, transforme mon appendice nasal en sonnette et zou un câlin !

9. Y a-t-il un avantage à mettre des pyjamas sans pieds aux enfants de moins d’un an ?
Si j’étais grand-mère il y aurait des pieds au pyjama !!! Un bain de douceur pour les moins d’un an et les plus de …71. !

10. Si je te dis « Léopoldine », que me réponds-tu ?
Que c’est un joli nom de jeune fille sage du second empire, na !

11. Quel tube des années 80 pourrais-tu me chantonner, là, tout de suite ?
Quand la musique est bonne bonne bonne !

Je n’informe personne et ne fais pas de questionnaire…J’SUIS FAINEANTE !!!!

mardi, mars 3 2015

CE QUI FUT…

Mardi dernier nous étions trois au ciné, au programme « American Sniper »…
Trois visions, pour mon frère pas le meilleur de Clint, pour Cathie ébahissement devant la technologie mise en œuvre, pour moi la découverte « du comment c’est fait ces machines à tuer ».
Une sorte de documentaire.
Aussi une réflexion sur, une fois de plus… l’intolérance « Asie =méchants » « Occident=les meilleurs surtout s’ils sont américains »
Pendant notre déjeuner du jour chez frangin nous commentions cette décision de faire pression sur la France afin d’y abolir la fessée !
Notre conclusion fut que notre mère serait allée direct au gnouf !!
Nous n’étions pas les seuls, notre génération quelque soit le milieu familiale recevait des taloches et des fessées.
Je ne me souviens pas « d’enfants hyperactifs »…
Calmés que nous étions par la discipline « ferme » distribuée !
Mon plombier préféré qui aussi y goûta entrait dimanche dans sa 54me année…
Dans mon logis de grandes manœuvres, l’action se tient dans la chambre, toutes les étagères sont vides ! bien mieux elles ont quitté les lieux, directions, chez les jumeaux.
Donc très prochainement Nantes et les suédois, une commode et de nouvelles étagères à bacs meubleront d’une façon différente mon espace sommeil, le tout en blanc ; nouvelle dance des tableaux à prévoir.
Encore un effort et j’aurai vaincu l’envahissement de livres stockés depuis très longtemps et qui n’avaient plus d’usage, spécialisés qu’ils étaient en cuisine … !
Des résultats de recherches et d’enquêtes du temps de ma jeune maturité (35-45) à la benne !
Les études de ci et de ça pendant mes dix années évryennes…même chemin.
Cette activité peut-être salvatrice pour l’espace m’a bien bouffée le moral.
Reste encore les fils à tricoter…
Et là faut pas mollir des aiguilles pour venir à bout du tout !!!

lundi, février 23 2015

DANS PARIS…

ane.jpg
Crédit photo (Leplombier).
Il connaît la ville ses rues et… ses caves !
Les chantiers ici, là et ailleurs cachent des trésors de pierre, d’architectures, des constructions datant de la fin du moyen-âge et de la renaissance…
Il y en a peu, le 18me siècle est plus représenté.
Fut un temps où je me faufilais sur ses talons…
Maintenant je reçois des photos de curiosités le plus souvent « d’émotion » un déclencheur plus tard c’est enregistré dans le bidule.
Ce cheval à moins que se soit un âne prenait la pause dans une rue de St Germain des Prés…

jeudi, février 19 2015

ATMOSPHERE ? ATMOSPHERE !

Délétère côté blogs…
Certes le chômage ne fléchit pas…
Dans les faits, il progresse, parlez en à Laura…
Nos édiles disent et font des phrases…Des actes ???
Le 11 janvier de quoi était-il question ? Cela ce passa en France…mais Copenhague ne nous a guère ému, je ne parle que de l’Europe occidentale…
Les autres continents c’est disons…chacun sa m..rde.
C’est infiniment affligent et je fais parti du troupeau.
Ceci étant énoncé reste quand même pas loin de 80% de vie relativement plaisante même des fois agréable !
Chacun avec ses soucis de boulot, de famille, de santé et puis ci et puis ça…
Ce qui fait que le matin (sans lapin) je n’ai guère à lire.
La moitié de mes habitudes (lectures) sont « muettes » hélas de façon définitive, pas d’édition depuis huit mois… c’est foutu !
Vous me manquez !
Si je persiste dans l’étalement de mon orthographe bien personnelle c’est que j’ai le croiriez vous au compteur des statistiques…
2 lecteurs.
Et qui sait le printemps reviendra peut-être.

samedi, février 14 2015

PRENDRE SES MARQUES…

14 février à défaut d’avoir un conjoint à poupouner frangin, Cathy et moi nous nous sommes retrouvés devant ce plaisir encore possible et accessible d’une bonne table.
Une canette de barbarie accompagnée de carottes, de rutabaga et petits pois.
Précédemment des bulles nous ouvrirent l’appétit, un café poussa les douillons aux pommes.
L’homme du groupe parti faire ses courses pendant que les filles trottèrent vers la grande ville.
Ayant vaincu le roman espagnol riche de beaucoup de pages à mon goût fort délicieuses j’entrainai Cathy à la médiathèque afin de refaire mon stock de lecture.
La pluie tombait drue aussi notre excursion fut écourtée, d’autres moins sensibles à l’eau envahissaient les rues piétonnes.
Nous avons repéré des sites dignes de notre intérêt pour une prochaine fois ensemble à la bib pour l’inscription de Cathy.
Installée depuis début novembre et moi depuis seize mois, nous comparons nos situations en Anjou, le compte est bon pour elle et moi.
Essentiellement pratico-pratique !
Tram et bus à nos portes, carouf et netto itou, cinéma, bib, gare, tout en tram.
Œuvres caritatives à un jet de pierre des transports me donnent l’opportunité de faire un GRAND vide dans les étagères et penderies…
Le printemps proche nous verra chez les suédois nantais… deux commodes me font de l’œil sur le site…
Juste le souci de me débarrasser les étagères VIDES.
Sonner chez ma nièce ou Emmaüs, pas grand-chose donc !

lundi, février 9 2015

O°…

Samedi dernier, soleil pimpant dès le matin.
Je sonnai donc chez mon frère et lui proposai une sortie dans la grande ville au motif que dans ses rues on fêterait le nouvel an chinois.
Disant la chose confortablement installée dans le fauteuil la féline sur les genoux.
Mon frère fit des considérations météorologiques, détailla son emploi du temps pour cette journée et conclu que non il resterait chez lui, une histoire de rugby « tournoi des 6 nations » et autres gamineries.
C’est vrai que c’est absorbant !
De mon côté le siège est bien rôdé, la veste en mohair douillette, la lumière sur les toits bien plaisante et l’agitation dans le secteur fort modérée !
Donc je contrevins aux préceptes de la faculté, je restai au nid, savourant délicieusement le bonheur d’être au chaud, près d’un bol de café, un gâteau l’accompagnant autant pour le goût que pour l’odeur.
Je pris rendez-vous avec le grand frère des jumeaux pour le lendemain et replongeai dans mon bouquin espagnol volume 2, auteur « Javier Marias ».
Cette nuit de dimanche à lundi je fus piégée par l’auteur et son traducteur cela me mena jusqu’à pas d’heure…enfin si …4h !
Comme je n’ai pas besoin de cuisiner ni de repasser, que le goûter du lundi attend, je vais prendre le dernier volume de « Ton visage demain ».
Sortir qu’ils disent les uns et les autres, pour les muscles, le réseau sanguin, le souffle et patati et patata.
Être rangée dans ma case de 50m2 à observer, écouter, lire.
Jouir dans une béatitude lucide de ma « chance », je souhaite vieillir sans que l’on me donne ou pas les « bon points de bonne conduite et un bulletin de satisfaction » que je n’obtins jamais au cour de ma scolarité malgré des notes en « conduite » variant entre 7 et 9 sur 10.
Je découvris ces années là le délit de « discrétion » plus connu maintenant sous la forme « participe trop peu ».
Rêvasser aux dernières discussions entre les tricoteuses du club. Des maladies déclarées et vaincues, celle charmantes qui me donna les références de son dermato parce que ma joue l’inquiète. Rendez-vous le quinze avril pour un état du lieu (ça sent le bistouri…).
Cette semaine je présenterai au chirurgien la cicatrice qu’il m’a faite, l’angiologue semble satisfait du résultat, lui m’attend déjà pour le mois de septembre, entre temps j’aurais « vu » le zieutiste !
Et peut-être des moments plus doux et déjantés !

jeudi, février 5 2015

SUR UN VERNIS…

De neige, j’attaquai la journée.
D’abord appeler mon informaticien préféré, lui expliquer mes malheurs, faire une tentative, puis une seconde et décider d’attendre Smab après sa journée de dur labeur.
Bref, le disque dur avait des faiblesses du genre ras le compte d’octets, il fonctionne à nouveau sans faire le difficile, un enregistrement est programmé, qui qu’est le chef dites donc…pas moi !
Courir la grande ville en papotant dans le tram avec une comme moi.
Au « Secours Populaire » je déposai un trop plein de bouquins, déambulant dans leurs locaux, m’informant de leurs besoins particuliers, je vis une ouverture pour l’autre trop plein celui de la vaisselle.
Je sonnai le grand frère des jumeaux en cour d’installation dans SON appartement…
Donc je m’occupai à préparer des assiettes, des couverts, deux mugs décorés de cœurs, une cocotte en vert à utiliser seulement au four et le micro onde, quelque soit la décision du filleul de Dom je serai allégée…un peu !
Côté textiles peut-être aussi un ou deux dépôts à faire...
C’est que je souhaite supprimer une étagère… !
Ça c’est de l’ambition.
Le balluchon de layette est empaqueté, vendredi… ouf j’en serai délestée.
Et la féline me direz-vous ?
La neige l’a profondément …barbée !
En début de semaine revenant de la boulangerie je déposai le pain sur la table, elle y monta et vaillante léchât le dessus enfariné, je lui coupai un morceau qu’elle dégusta.
Au déjeuner d’aujourd’hui elle se risqua sur la table, reniflant par ci et par là, une lichette de pain trempée dans une sauce tomatée et « caliente » la régala !
Un bec fin cette coquine parce que le sucré la ravie tout autant !
Rondes dites vous que nous sommes elle et moi, mais non juste une certaine…amplitude !

dimanche, février 1 2015

JUSTE À TEMPS….

Bien sûr hier au marché nous avions froid.
Frangin m’escortait au marché, une première pour lui, il me dit « ça sent la neige ! »
Ce matin une belle lumière éclairait la chambre, les toits blancs certes mais rien sur le sol.

neige1.jpg
Pas de quoi entraver la pousse des jacinthes dans leur pot.

jacinthes.jpg
J’ai du « grillager » un autre contenant qu’avec une belle constance la féline enrichissait !
Dans ce même contenant du muguet ose pointer vers la lumière, la route est longue jusqu’au mois de mai…
À la station « terra botanica » dans ce groupe d’immeubles de la rive droite du tram dans le sens « Ardenne » je testai un restaurant-snack-bar, il faut bien encourager les jeunes entreprises.
Autour de leur commerce les constructions semblent être en peine de finitions, manque de financement…
Doucement je fais mon trou au club des tricoteuses, un gâteau au moment du café ça aide, toutes plus gourmandes les unes que les autres !
Une exposition-vente se tiendra en avril, aussi hier et aujourd’hui je m’activai afin d’achever mes différentes réalisations, du rose, du bleu, du gris mousseux.
En résultat une chasse aux boutons et par un hasard étonnant je réussis à trouver LES couleurs et LES quantités !!!
Y a plus k laver et repasser et plier.
Ce qui n’est pas vendu sera donné à une association pour la petite enfance.
Cela semble bien mièvre, mais, mais mes compagnes d’aiguilles sont allées le 11 janvier arpenter le grand boulevard de la ville.
Je leur parle des occupations de ma vie évryenne et de ce que fut ma vie professionnelle.
Presque une autre planète pour moi dans cette angevine résidence sans cris, avec de la tenue dans les transports…
Parait que nous sommes du bon côté de la grand ville, alors je traine dans les grands machins…
Pour voir, écouter, et même parler à de parfaits inconnus (es) et peut-être plus si affinité !!!

lundi, janvier 26 2015

UNE EXCURSION …

Qui débuta lundi dernier, que du banale.
Bien sûr il y eut les impondérables de la SNCF.
Un incendie du côté de Saint Denis, bloqua le trafic un certain temps, me faisant décommander mon rendez-vous avec Laura là-bas à Compiègne.
Après modification du billet je trottai du côté des restaurants, je serai à l’heure pour embarquer avec mon plombier préféré.
À l’heure nous le fûmes… en changeant de train, de quai, nous partîmes de gare du Nord avec trois quarts d’heure de retard.
Je découvris la pétition qui circule chaque jour, chaque jour des incidents d’horaires, de matériel défaillant, de personnel réduit.
La Picardie ça se gagne !

tasse.jpg
Je connus, l’ordinateur infesté de toutes sortes de choses que Fripouille importe sans réflexion.
Le dévouement de Laura dans une famille où la maitresse de maison était HS et les cinq enfants désemparés.
Mes amis fournisseurs de pigeons en proie aux doutes quand aux soins à porter à leur mère âgée de 95 ans et la tête en vrille.
Ensemble nous allâmes à mon cimetière familial.
Pendant tout ce temps je sentais dans la hanche gauche (coxo fémorale) un agacement déplaisant qui prit doucement de l’ampleur.
Au point que mon plombier étudia le moyen de rallier la gare Montparnasse avec un minimum d’escaliers et de marches…
Il trouva, après le déjeuner il m’accompagna jusqu’au wagon…
Hier c’était à peine mieux.
Ce matin j’avance en chaloupant, farcie d’antalgique.
Précautionneuse de mes pas comme la VIELLE que je suis devenue en un clin d’œil cet automne.
N’empêche il y aura des crêpes au goûter d’aujourd’hui en Anjou en rêvant à ce café du grand ouest européen !

dimanche, janvier 18 2015

LES DIMANCHES…

En noir…
En gris sous un ciel bas certes, mais réunis nous étions chez frangin Cathie et moi, c’est qu’une affaire requérait au moins trois fourchettes.
Un poulet des patates, de la mâche, tarte aux fruits et un café.
Mardi nous étions au ciné « La famille Bélier » un divertissement qui nous plu à tous les trois.
Retour au nid, préparation des petites affaires de la féline qui survivra une petite semaine en solitaire, déjà elle boude !
Pendant ce temps je serai au près de mes enfants picards.
Laura, Fripouille cinq mois sans les voir c’est bien long.
Une livraison de chaussettes-chaussons pour une amie de Laura et puis c’est tout.
Avec une image !

chausson1.jpg
Valise aussi légère que possible à l’aller peut-être plus lourde au retour…
Une amie évryenne est candidate à la présidence du Conseil de Quartier résultat mercredi soir !ces chances sont grandes.
Si son projet échoue elle viendra en Anjou se refaire du « moral » !!!!!
Elle comparera ses travaux buccaux avec ceux de mon frère.
Elle verra aussi comment les diverses écharpes qu’elle m’offrit au fils des années font merveille en camouflage de cou !
Dans le genre « râlant » l’allergie au sparadrap laisse une jolie rougeur dès que l’affleure les produits de toilettes y compris le « bain-douche » sans savon, et pis ça gratte !
Mes colifichets, forts jolis, reçus à la fin de l’année sont dans le tiroir en attendant une embellie.
Faut y croire fort !

dimanche, janvier 11 2015

REGARDER…

Dès 14 heures l’écran TV, zapper d’une chaine d’info à l’autre, voir la foule dans les rues des villes de France.
Penser à mes amies d’Evry, à leurs enfants, leur combat pour les tenir dans le respect des « autres ».
De beaux gamins et gamines, brillants aux études, n’hésitant pas à rire des « bêtises » que je risquais dans nos réunions.
Ces moments où ils regardaient ébahis, écoutaient ces phrases rarement employées dans leurs familles et comprendre à la fin que leurs mots et les miens si différents qu’ils parussent disaient la même chose.
Respect, curiosité de « l’autre ».
Blanc, jaune, à petit pois ou à rayure.
LAÏC.
Expliquer le mot, ce qu’il est pour la liberté de penser et d’expression, la loi, et son respect.
Le libre arbitre.
Souvenir d’un après-midi avec thé à la menthe et philosophie, dire à ces jeunes femmes que leurs enfants sont le fruit de la famille et du reste « du monde » qui les entoure ne fut pas une mince affaire.
Et que toutes ces rencontres faites ici, là, eux, moi, en faisait des êtres aux choix « libres ».
Un an plus tard, le jeune homme sujet de cette réunion est devenu un « beau gosse » ouvert sur le monde où il vit à la grande joie de ses parents.
Les gâteaux de tradition « soleil » avec ma mousse au chocolat lambda faisaient des goûters délicieux et joyeux.
Eux les jeunes, moi l’ancienne.
Bon sang de bois, cela peut se réaliser partout, nous n’étions pas exceptionnelles !!!

mercredi, janvier 7 2015

13h47…

Un horaire vague.
Zapette en main je cherchai un programme favorable à une sieste paisible, un œil sur le grand écran l’autre sur le petit et là…
Un titre en rouge sur la page du Figaro…
Cliquant ici et là du petit au grand écran de nouveau…
J’appris donc l’information.
D’autres attentats, St Michel RER.
Copernic jouxtant le presbytère où l’on tenta de nous transformer en petits catholiques mon frère et moi.
J’y fus très sensible, c’était NOUS dans la variété de nos philosophies.
Aujourd’hui, dans les locaux de Charlie Hebdo c’est l’originalité de l’esprit frondeur, libertaire, chers à mes ancêtres.
Aux antipodes des soi disant motivations de ces flingueurs aux esprits fermés, étriqués, qui ne réussissent qu’à remuer le pire dans nos « âmes ».
À qui profitent ces crimes ?
J’ai bien une petite idée, même plusieurs…
Je ne suis plus depuis longtemps crédule.
Pour l’instant je ne suis que COLÈRE, des mots forts peu distingués sont près à jaillir.
La matinée était pourtant prometteuse par ici…

lundi, janvier 5 2015

DE NOËL…À 2015…

Un sapin tout beau chez ma nièce.

sapin.jpg
Plein de cadeaux pour les uns et les autres.
Repas délicieux où chacun déploya ses talents spécifiques.
Le lendemain mon plombier préféré vint passer quelques jours en Anjou faisant ami ami avec un wattman en gare terminus de notre tram.

selfie.jpg
Deux restaurants furent testés et agréés !
Une enveloppe, une bague, une image bancaire, bref de quoi les gâter et me faire plaisir.
Et puis ce matin un téléphone du grand sud ouest arrivait juste bien pour stimuler un moral en grisaille.
Je raccrochai presque frétillante… du rêve à construite pour lui et moi en cette nouvelle année.
Juste un peu plus d’attention par ci par là afin d’être au top le moment venu.

Vous les courageux qui passés par là, délaissant quelques minutes vos misères et chagrins je VOUS SOUHAITE de la Santé, du Travail certes mais soyez raisonnables ! De l’amour à profusion…

- page 1 de 191