La Mume (le blog)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

MES PIEDS…

Plats ils sont, d'aussi loin que je me souvienne ils furent source de misères.
Je débutai la marche à dix mois me dirent mes parents, dans des chaussons en peau de lapin tannée par ma mère, capturés les lapins par mon père en braconnant un peu en cette période glorieuse de guerre, de misère extrême, en alternance avec des sabots.
Vers les dix ans se sont les genoux qui me firent souffrirent après auscultation je fus expédiée chez un podologue, chaussures spéciales avec semelles adéquates…rien de changea de mes pieds de mes genoux.
Fin des années cinquante à moi les chaussures dites "trotteur" avec bout carré le bonheur d'être bien dans ses pompes !
Les années soixante les talons aiguilles d'une hauteur modérée pour que mon crâne ne dépasse celui de mon époux…et oui les clichés tout ça !
Régulièrement je me vautrai dans la rue mes surtout dans les escaliers en montant en descendant n'importe quel sens pas de favori, que des hématomes de belles couleurs, les tibias comme martelés faisant de jolis ondoiements.
Enfin me voila les pieds ultra plats, douloureux par temps de chaleur tout autant que par frimas, le carrelage de mon logis est presque confortable.
Les médecins vus au CHU firent l'unanimité, des chaussons pour la protection de mes si grands petons, réduire les risques de blessures, d'infection comme l'érysipèle qui me foudroya au muguet de l'an dernier, me laissant lamentable le cul dans un fauteuil manuel.
Je tricotai donc des chaussons, me commandai de magnifiques charentaises toute en feutre à la semelle souple.

pied1.jpg, fév. 2021
Et bonheur je peux enfin sortir en ville SEULE porte automatique en service depuis hier avec le plan incliné et la télécommande je tenterai des excursions en tram.
Lundi entre copines et frangin nous arroserons cet événement !!!

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet